intubEncore trop d'observations à faire dans le service - certains ont pris des vacances sans prévenir - mais l'anesthésiste me demande si je veux bien aller au bloc. J'accepte volontiers sous les encourgaments d'HellCat, persuadée que c'est le bon jour pour réussir le geste le plus demandé par les externes, à savoir l'intubation ! Qui n'a jamais voulu être à la place de Carter dans Urgences quand il a les plus grandes difficultés à passer la sonde et qu'il réussit enfin à faire passer de l'air dans les poumons de son patient polytraumatisé ?
Le patient, âgé, édenté, incontinent est le "cobaye" parfait : bonne ouverture de bouches, pas de trop de tares associés, bonne saturation (au début du moins...). L'anesthésiste injecte, les drogues, je ventile, tout se passe pour le mieux. Passage du laryngo, vaporisation de lidocaïne, je vois parfaitement l'épiglotte, les cordes vocales, le "trou" où je dois mettre mon tuyau. Ca marche du premier coup mais je perds du temps pour le ventiler à nouveau. La saturation chute, la tension aussi. Un petit coup de 100 % d'O2 et une injection d'éphédrine et tout revient à la normale. Enfin réussi !

imgp0056Fort content de cette première fois, j'ai choisi de ne rien faire cet après-midi (comme souvent depuis trois semaines) et de partir vers mes Montagnes pour aller skier pour la première fois cette année (scolaire). A 1200 mètres d'altitudes et un quartd'heure de ma Ville, la neige y est abondante, le touriste absent et le paysage magnifique. Je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait autant de neige. Le froid n'est pas glacial, il neigeotte un peu. Comme toutes les premières fois, il a fallu que j'oublie :
- mes gants - heureusement je ne connais pas le phénomène de Raynaud !
- mes lentilles de contact -  moins cool car il n'existe toujours pas d'éssuie-glace sur mes lunettes de "ville".

imgp0058Les sensations étaient bonnes même trop sûrement car au dixième kilomètre, j'ai ressenti quelques douleurs abdominales, un flou visuel... et  oups un pâté ! Premier malaise hypoglycémique de la saison, c'est vrai que le petit déjeuner n'était pas suffisant ! J'ai pu repartir après une petite pause "barre céréalière + boisson" et j'ai fait trois fois la piste rouge soit environ 25 kms en moins de deux heures. Il faut que je m'accroche pour bien figurer au Triblanc de Chabanon en janvier...

Résultat de la journée : deux kilos de perdu mais en pleine forme et plus calme pour ma nuit en psy (et en maladies infectieuses...) ! C'est tellement agréable de se retrouver seul dans l'immensité blanche du Pilat... On a envie que d'une seule chose : arrêter médecine et faire du sport toute sa vie !

imgp0064

imgp0062

imgp0078

Et enfin, j'ai des ampoules justifiées...