Nuit apparamment tranquille en gériatrie à part le fait que Mme X croit qu'il y ait le feu, le Valium n'y fera rien, ni ma patience... Le temps donc pour moi de bosser mes cours, de réfléchir sur moi-même et l'introspection est un art qu'il vaut mieux éviter de faire pendant les fêtes de fin d'année...
Je somatise, hyperventile, extrasystolise, palpite sans raison apparente à part les examens qui avancent à grand pas. L'angoisse me guette, me happe - réaction immédiate médicamenteuse avec essai des anxiolytiques... Mais sans effet !

Un an s'est écoulé depuis mon retour de Linköping et le bilan ce soir n'est pas illuminé des couleurs de l'arc-en-ciel... Malgré le soutien de mes parents et surtout de mes amis, je reste profondemment nostalgique de mon séjour scandinave, de mon indépendance culturelle, financière et intellectuelle... Pas de stress pour les exams, pas de nuits à faire, pas de week-ends à passer en maison de retraite, pas de pression en général ! Paradoxalement, c'est loin de ceux que j'aime que je me suis senti le mieux et c'est encore en Suède que je vois mon futur...

Une vie, c'est court et long à la fois. Donc on aime nous répéter qu'il faut en profiter... Quand ? Six ans d'études, un avenir morne, incertain entre un choix cornélien d'une ville et d'une spécialité... Le concours se profile comme celui que j'avais littéralement raté en 2000. L'histoire va-t-elle se répéter ? Malheureusement, je le pense, le rêve, le sens...
Ainsi, je reste définitivement un esprit seul et toutmenté par des vérités non dites, un avenir en filigramme dont le seul exutoire est la fuite... mais où ?

Joyeuses fêtes et Bon Noël !